Categories

Accueil du site > 50. Histoire du Lanbi > Le Lanbi : un symbole de résistance

Le Lanbi : un symbole de résistance

lundi 15 avril 2013, par Kònlanbi

Le Lanbi fait partie des symboles de la résistance des Noirs déportés d’Afrique, face au système esclavagiste instauré par la France dans la colonie de Saint-Domingue jusqu’en 1804, date de l’indépendance d’Haïti. Ce coquillage qu’on trouve encore à profusion sur les côtes des îles de la Caraïbe, fut utilisé par les esclaves fugitifs (ou marrons) pour communiquer entre eux. Après avoir extrait la mollusque de sa coquille, les "marrons" transformèrent cette dernière en un "véritable instrument à vent" dont les différentes intonations constituèrent autant de messages et de mots d’ordre.

Ainsi, au son du Lanbi, ils purent décoder le signal d’un rassemblement, d’un passage à l’offensive contre les plantations des colons, ou encore d’une alerte à l’arrivée des troupes ennemies dans leurs zones de refuge. Bref, le Lanbi fut aux esclaves en fuite ce que les satellites sont à l’armée aujourd’hui.

L’emblème de l’émission Kòn Lanbi (ci-contre, le Marron inconnu soufflant dans un Lanbi) se veut la représentation picturale de notre engagement à faire de cet outil de communication un instrument de lutte contre toute forme de colonialisme et de domination. C’est aussi un moyen de mobiliser de nos auditeurs/trices pour qu’ils brisent les chaînes de l’aliénation qu’une certaine presse contribue à maintenir au profit des pouvoirs économique et politique.

Le Lanbi est aussi une évocation des délices que procurent les fruits de la mer tropicale, une invitation à l’évasion... On connaît par exemple, la saveur exquise du Lanbi boucané mariné dans un bain d’épices à base de piment. Mieux, cette préparation est très réputée pour ses vertus, paraît-il, aphrodisiaques.

Le Lanbi c’est bien tout cela : emblème de lutte de résistance, moyen de mobilisation, évocation des saveurs tropicales, invitation à l’évasion...

Répondre à cet article