Categories

Accueil du site > 49. Nos chroniques > Hier, aujourd’hui, demain : Haïti et son économie par David CHARLES > Perspectives pour la saison cyclonique 2017 de l’Atlantique

Perspectives pour la saison cyclonique 2017 de l’Atlantique

mardi 23 mai 2017, par Kònlanbi

Perspectives saison cyclonique de l’Atlantique :

– 20% de chances : d’avoir une saison très active avec 14 à 17 tempêtes nommées, 9-11 ouragans, 4-5 ouragans majeurs (NTC 170)

– 40% de chances : d’avoir une saison active avec 12-15 tempêtes nommées, 6-8 ouragans, 2-3 ouragans majeurs (NTC 130)

– 10% de chances : d’avoir une saison inactive (avec un épisode El Niño) de 8 à 11 tempêtes nommées, 3-5 ouragans, 1-2 ouragans majeurs (NTC 80)

– 20% de chances : d’avoir une saison inactive (sans épisode El Niño) de 8 à 11 tempêtes nommées, 3-5 ouragans, 1-2 ouragans majeurs (NTC 80)

– 10% de chances : d’avoir une saison très inactive avec 5-7 tempêtes nommées, 2-3 ouragans, 0-1 ouragans majeurs (NTC 50).

Cette année le CSU prédit à 40 % les chances d’avoir une année légèrement supérieure à la moyenne avec 12 à 15 tempêtes nommées (moyenne 12), 7 à 9 ouragans (moyenne 6) et 3 à 4 ouragans majeurs (moyenne 2).

Les prévisions pour 2017 ont donné une évaluation de probabilité de cinq scénarios possibles pour l’énergie cyclonique accumulée (ACE). Elles sont déterminée par deux principaux paramètres physiques :

La force de l’oscillation multidécennale de l’Atlantique (AMO) ou de la circulation thermohaline de l’Atlantique (THC). La phase de l’ENSO. Après trois saisons cycloniques assez calmes dans l’Atlantique, la saison cyclonique 2016 a connu une activité légèrement supérieure à la moyenne. Cela continue le débat sur la question de savoir si nous demeurons ou non dans une phase AMO / THC active (Klotzbach et al., 2015). Une autre grande question pour 2017 demeure, ce sont les tendances El Niño Southern Oscillation (ENSO) au cours des prochains mois. Il y a un désaccord considérable des modèles quant à la phase de l’ENSO qui prédominera pour l’été et l’automne 2017.

Bien que le THC reste typiquement au-dessus de la moyenne ou dans un état inférieur à la moyenne pour des périodes de 25-35 ans, il peut y avoir des pauses mensuelles, saisonnières ou plus longues jusqu’à un an ou deux au cours de ces périodes décennales THC ou AMO. Des conditions telles que les SST, la salinité, la pression, le vent et l’humidité deviennent sensiblement plus faibles dans les phases THC positives ou plus fortes pendant les phases THC négatives. Il existe une forte relation inverse entre la force du THC et la force de l’anticyclone de l’Atlantique (Bermudes-Açores). L’activité des ouragans, en particulier l’activité des ouragans les plus intenses, est beaucoup plus fréquente lorsque le système de circulation de l’anticyclone Atlantique Bermudes-Açores est faible et le système THC de l’océan Atlantique est fort. L’activité des ouragans est généralement réduite lorsque les conditions inverses se produisent. L’augmentation de la force de l’anticyclone agit pour produire de l’air plus frais (et une humidité réduite) et une refroidissement des SST de la surface de l’océan dans la moitié Est de l’Atlantique. Cela augmente la force de cisaillements des vents et augmente le gradient de température à basse latitude (5-20 ° N) de la troposphère du Sud au Nord et les vents de l’Ouest de la troposphère supérieure. Tous ces changements sont des facteurs inhibiteurs de la formation et de l’intensification des ouragans. Une surveillance est en cours des paramètres THC et les SST dans la région de 50-60 ° N, 50-10 ° W et SLP dans la région de 0-50 ° N, 70-10 ° W (Figure 3). L’indice est créé en comparant les deux paramètres comme suit : 0,6 * SST – 0,4 * SLP.

L’AMO se situe actuellement à des niveaux presque normaux. Il reste à déterminer si nous sommes toujours dans une phase positive de l’AMO, qui dure généralement 25-30 ans et qui a commencé en 1995, ou alors si nous sommes entrés dans une phase négative, nous avons connu trois années calmes successives (2013-2014 et 2015) alors que la saison cyclonique 2016 a été relativement active.

Les dernières prévisions ENSO ou El Niño Southern Oscillation (15 décembre 2016) tendent à indiquer la fin du faible épisode El Niña actuellement en cours vers une transition El Niño. Les probabilités sont de 49% de chances en juillet, août et septembre 2017 de connaître des conditions Neutres, contre 33% de chances de connaître un épisode El Niño et seulement 18% de chances pour une persistance de l’épisode La Niña. Cependant il est à noter que le modèle ECWMF prévoit des conditions El Niño à partir de juin 2017. Le modèle ECMWF s’est révélé être l’un des modèles les plus habiles pour prédire l’ENSO.

Conclusion : Nous pouvons donc nous attendre à une forte probabilité de connaître une saison cyclonique à venir, légèrement supérieure à la normale (40 %) comme ce que nous avons connu en 2016. Les modèles de prévisions ENSO (La Niña – El Niño) de l’IRI de mi-décembre penchent en majorité pour la période cyclonique 2017, en faveur d’un épisode Neutre (49 %).

Voir en ligne : Perspectives cycloniques